I cap Leopard

Antonio Fiori : LES FACTEURS DE STABILISATION

Spread the love

En général, la manière la plus spontanée de résister consiste à se dire que la transition numérique peut encore être contenue. Les Pythagoriciens, voyant qu’il n’était point de beauté sans des proportions, qui sont des rapports de grandeur, firent des nombres ainsi que de l’unité, qui en est la mesure, les principes invisibles du visible. Si la psychologie ne se règle pas sur cette considération, elle déformera nécessairement son objet. Ont-ils l’air de paysans d’opéra ? Là aussi le mouvement de repli est impressionnant : -37% depuis le début 2011. Enfin, la possibilité de créer des banques privées est sans doute l’élément le plus important, dans la mesure où il touche au socle financier de l’économie chinoise… Mais ces politiques ne sont qu’une partie de la solution. On sait toutes les inquiétudes que cela suscite en termes d’intrusion étrangère dans le contrôle, de prédominance des logiques actionnariales, d’instabilité des contours que génère le jeu des FUSAC, de fragilisation des territoires, de l’emploi ou d’évaporation de notre assiette fiscale. Si l’on note sur la trajectoire AB les points M, N, P,…, atteints par le mobile à chacun des moments où la pierre touche le sol, et que les intervalles AM, MN, NP,…, soient reconnus égaux entre eux, on dira que le mouvement est uniforme :et l’on appellera vitesse du mobile l’un quelconque de ces intervalles, pourvu que l’on convienne d’adopter pour unité de durée le phénomène physique que l’on a choisi comme terme de comparaison. La sensation de couleur, comme celle de saveur, n’a en elle-même aucune vertu représentative ; et l’une ne nous instruit pas plus sur la constitution spécifique du rayon lumineux, que l’autre ne nous instruit sur la constitution moléculaire de la substance sapide. Imaginons, en un mot, une conscience qui assisterait au défilé de 400 trillions de vibrations, toutes instantanées, et seulement séparées les unes des autres par les 2 millièmes de seconde nécessaires pour les distinguer. Ainsi, que se passerait-il si la loi réintégrait de façon systématique dans le temps de travail effectif des cadres les communications réalisées hors des temps de présence effectif ? D’autant que, comme on vient de le voir, de tels pouvoirs sont aujourd’hui bien fragiles. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Si vous doutez de ce que vous voyez, comment pouvez-vous croire ce que l’on dit ? ». Si la connaissance scientifique est bien ce qu’a voulu Kant, il y a une science simple, préformée et même préformulée dans la nature, ainsi que le croyait Aristote : de cette logique immanente aux choses les grandes découvertes ne font qu’illuminer point par point la ligne tracée d’avance, comme on allume progressivement, un soir de fête, le cordon de gaz qui dessinait déjà les contours d’un monument. C’est un long mensonge ; c’est une saleté. La méthode dite des limites consiste à supposer d’abord une discontinuité fictive dans les choses soumises réellement à la loi de continuité ; à substituer, par exemple, un polygone à une courbe, une succession de chocs brusques à l’action d’une force qui agit sans intermittences ; puis à chercher les limites dont les résultats obtenus s’approchent sans cesse, quand on assujettit les changements brusques à se succéder au bout d’intervalles de plus en plus petits, et par conséquent à devenir individuellement de plus en plus petits, puisque la variation totale doit rester constante. Le tout nucléaire, le tout solaire, le tout diesel… En revanche, le caractère incertain du rendement doit être pris en compte dans la réévaluation du niveau de charges patronales et l’imposition corrélée à la durée de détention. Oui, évidemment. Des esprits aux dieux la transition peut être insensible, la différence n’en est pas moins frappante. La vérité est que le divorce paraît aussi complet que jamais entre le spiritualisme et la science par quelque côté qu’on y regarde, par les principes, par les méthodes, par les habitudes d’esprit. Il y a aussi une acuité de joie et de douleur, de désir, d’aversion et même de honte, dont on trouverait la raison d’être dans les mouvements de réaction automatique que l’organisme commence, et que la conscience perçoit. À un dieu, qui regarderait d’en haut, le tout paraîtrait indivisible, comme la confiance des fleurs qui s’ouvrent au printemps. Grimaçant et biscornu, avec l’air d’avoir été conçu dans un fiacre à numéro impair, aux lanternes éteintes, et d’avoir été mis en nourrice dans une boîte à violon ; cynique et papelard, vorace et sentencieux ; plein de sales convoitises et de moralité intransigeante ; passionné pour les discussions politiques et les racontars graveleux ; impudent et couard ; irréligieux et cagot, portant son athéisme comme un plastron devant les honteuses superstitions qui le farcissent ; menteur, envieux, jaloux surtout de ce qu’il ne peut comprendre ; exclusif, ignare et pédant, sanguinaire et infâme ; ne se Ainsi l’on imposera le nom de jugement, tantôt à une faculté de l’esprit, et tantôt aux produits de cette faculté ; on entendra par idée, tantôt la pensée même, affectée d’une certaine manière, et tantôt la vérité intelligible qui est l’objet de la pensée.

Archives

Pages