I cap Leopard

Antonio Fiori : Pas de stimulant de la consommation

Spread the love

Ce livre n’a point d’autre objet. La conséquence en est le fameux classement sur la compétitivité réalisé par le WEF, qui organise chaque année le forum de Davos : en matière de qualité des relations sociales (mesurée par le degré de coopération entre représentants des salariés et employeurs) la France est classée au 126ème rang sur 133 ! Aussi n’y a-t-il pas de naturaliste qui, dans chacun de ces genres qu’on appelle naturels, parce que la parenté des espèces y est fortement marquée, tel que serait par exemple le genre Felis, ne signale une espèce, telle que le lion, qui est, comme on dit, le type du genre, c’est-à-dire où se trouvent réunis, plus excellemment que dans aucune autre, les caractères distinctifs du genre, et que pour cette raison, clairement saisie ou confusément perçue, on trouvera belle entre toutes les autres, sans qu’il entre rien d’arbitraire dans un pareil jugement. C’est donc là une hypothèse qu’admet toute intelligence. Au-delà de la coïncidence troublante des différentes crises, on ne peut, en effet, être que saisi par leur caractère global : pour la première fois sans doute dans notre Histoire, quelques actions localisées ont des répercussions « systémiques », dans une sorte de gigantesque « effet papillon ». En général, donc, les habitudes contractées par un individu n’ont probablement aucun retentissement sur sa descendance ; et, quand elles en ont, la modification survenue chez les descendants peut n’avoir aucune ressemblance visible avec la modification originelle. En effet, la consommation de boissons sucrées est peu élevée en France (ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays, les Britanniques en consommant deux fois et demie plus que les Français et les Américains cinq fois plus). Tout n’est pas perdu, à condition de jouer la carte non pas du « mainstream », mais de l’excellence. Je dirais même qu’ils sont fort à plaindre, si je ne savais qu’ils ont le mépris de la pitié et qu’ils refusent d’être plaints. Tout cela influe d’abord très-irrégulièrement sur le débat qui s’établit entre le vendeur et l’acheteur ; puis bientôt, lorsque les transactions sont nombreuses et fréquemment répétées, elles s’influencent mutuellement : un prix courant s’établit, et une grandeur très-mesurable, à savoir, la valeur vénale d’un immeuble, d’une denrée, d’un service, se trouve dépendre de qualités non mesurables ; mais cette dépendance tient au développement de l’organisation sociale, au besoin qu’éprouve l’homme, par la constitution de ses facultés, de soumettre aux nombres et à une mesure indirecte les choses q Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu ». Cet exercice livre les résultats suivants : sans trop de surprise, la baisse des taux apparaît la plus excessive pour l’Irlande et l’Allemagne. L’autre élément indispensable au succès de son développement sera l’exploitation et la monétisation des données – du véhicule et de ses utilisateurs – une fois de plus au cœur de la bataille concurrentielle. Malgré l’échelle et la nature globale de ces crises, les solutions proposées sont locales ou au mieux régionales, or les biens publics mondiaux (BPM) ne peuvent être gérés que par l’ensemble de la communauté internationale, selon un principe de subsidiarité qui relève du simple bon sens. Il se peut que la plupart des hommes soient organisés de telle sorte que, livrés à eux-mêmes et dans les conditions ordinaires de la vie sauvage, ils n’inventeraient pas l’art de la parole ; mais il suffit que quelques individus d’une organisation plus heureuse, placés dans des circonstances plus favorables, soient capables de commencer l’ébauche d’une langue, pour que cette langue rudimentaire aille ensuite en se perfectionnant et en se propageant à tous les individus de l’espèce ; et en ce sens il serait encore vrai de dire que le don du langage appartient naturellement à l’espèce, ou fait n Un autre phénomène actuel devrait faire prendre de nouveau conscience aux questions liées au changement climatique : les prix alimentaires mondiaux ont atteint un sommet historique en janvier, pour le septième mois consécutif, en raison notamment du mauvais temps qui a entravé la production de matières premières agricoles telles que les céréales et le sucre. « De plus, les effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sont socialement perturbateurs et peuvent avoir de graves conséquences économiques : en l’absence d’investissements dans les industries concernées, le taux d’inflation que nous voyons actuellement deviendra un changement structurel. A titre d’exemple, quinze années de recherche et de sélection ont permis le développement de cultures de riz résistantes aux inondations. Nous n’avons pas affaire, en ce qui concerne les objets inaperçus dans l’espace et les souvenirs inconscients dans le temps, à deux formes radicalement différentes de l’existence ; mais les exigences de l’action sont inverses, dans un cas, de ce qu’elles sont dans l’autre. Plutôt que de se livrer un peu tardivement au jeu stérile de désignation des responsables-coupables (qui a vendu ses titres d’Euronext à Nyse ? Les entreprises et ceux qui les représentent se battent pour créer une relation avec X… maintenir la relation avec Y… rétablir la relation avec Z. Les collectivités locales pourraient retrouver des marges de manœuvre en louant leurs équipements plutôt qu’en les achetant. Le comportement d’achat des hommes et des femmes est trés différent. Alors que la restauration ou les enseignes ont souvent recours à des experts de l’aménagement, très peu d’entreprises ont ce réflexe.

Archives

Pages